Burgos et la figure du Cid

Burgos et la figure du Cid

Burgos et la figure du Cid

Burgos et la figure du Cid

Galerie d' images

Le personnage du Cid est née vers 1048 dans le prochain village de Vivar. Pendant sa jeunesse, il est devenu ami du futur roi Sancho II (1037-1072). Après la mort de cet souverain, il est entrée au service de Alphonse VI (1040-1109) perfomant diverses missions ordonnés par le monarque. Le rapport avec le roi a été rompue quand le Cid a intervenu sans son consentement avec sa milice privée dans les terres musulmanes de Toledo. Depuis ce moment, il a du gagner sa vie comme mercenaire. Malgré avoir obtenu le pardon de Alphonse VI, il a été banni a nouveau du a nouveaux affrontements avec le roi. Il a fait la guerre dans le Levant espagnol, même conquérant la ville de Valencia, où il a devenu son seigneur. Là il est mort en 1099. Deux ans plus tard ses restes ont été déménagés au monastère du San Pedro de Cardeña à Burgos, et actuellement se reposent dans le croisée du transcept de la cathèdrale. La ville de Burgos et ses environs encore conservent souvenirs du Cid. Cet rute que proposons permet reconnaître les principaux passages et lieux conservés en lieu directe avec le “Campeador”.

 

1. LE SOLAR DU CID

Le Solar du Cid est un monument où, selon la tradition, a été construit la maison du Cid. L’oeuvre a été fait en 1784 et construit par le sculpteur local José Cortés, en remplaçant un ancien monument du XIème siècle en l’honneur du Cid. Là peut s’apprécier dans la partie centrale une légende commémoratif avec le blason du Cid, avec les emblèmes de la ville de Burgos à gauche et celle de Cardeña a droit. Actuellement a lieu la troisième campagne de excavation.

2. ÉGLISE  DE SANTA GADEA

C’est un de ces points emblématiques de la ville qui a rapport avec la figure du Cid. Selon la tradition, dans cet endroit s’est déroulé le serment de Santa Gadea/ Santa Águeda, avec lequel, le Cid a obligé le roi de Leon Alphonse VI, surnommé “Le Brave” qui n’avait pas eu aucun rélation avec le meurtre de son frère Sancho II du Castille “Le fort”. De la même manière est dit que cet serment a été réalisé sur un verrou sacré en 1072, fait représenté dans une des vitrailles à l’intérieur du temple. L’église se trouve dans la rue avec le même nom, juste dans le coeur de la ville, à quelques pas de la cathédrale.

3. CATHÉDRALE DE BURGOS

Sépulcre du Cid et doña Jimena. Les restes du Cid et sa femme doña Jimena reposent dans la Cathédral depuis 1921. Avant il avaient resté au monastère de San Pedro de Cardeña et ensuite, pendant l’occupation française, dans la promenade de l’Espolón, et plus tard, en 1842, ont été déplacés à la chapelle de la mairie, jusqu’au son dernier et définitif emplacement.

4.ARC DE SANTA MARIA

Cette impressionnante porte médiévale, initialement construit au XIVe siècle et dénommé « Bien de Interes Cultural », c’est une des monuments plus représentatifs de la ville et elle a une beauté comparable a celle de la cathédral, situé derrière d’elle. Elle guarde une proche relation avec le Cid : en plus d’être représenté dans le coin supérieur à droite, dans la deuxième corp et à l’intérieur elle abrite un os et une reproduction de son épée ; on dit qu’il a quitté la ville par cette porte dans son exile.

5. LA GLERA DE L’ARLANZÓN

Sur les rives de l’Arlanzón, à quelques pas de l’arc de Santa Maria, dans le lieu dénommé « Glera del Arlanzón », le Cid et son entourage ont campé la première nuit de son exile, d’après le Cantar del Mio Cid. En sa mémoire, il y a un monolithe avec des strophes relatives à ce passage qui sont gravées en pierre. En plus, dans cet endroit s’est déroulé le légendaire passage du Coffre du Cid, le quel le chevalier de Burgos a obtenu après tromper deux bancaires.

6. MUSÉE DE BURGOS

Ce musée a été crée au XIXe siècle pour protéger et cataloguer les œuvres de valeur artistique de la province provenant de la confiscation du 1835. Sa riche collection nous permette connaître l’histoire et l’art de Burgos, avec des œuvres du Paléolithique au XXIe siècle. Il es localisé dans trois palais du XVIe siècle, en style de la Renaissance : La Casa de Miranda, la Casa de Iñigo Angulo et la Casa de Melgosa. Parmi ses œuvres valables, il convient citer, les pièces romaines qui vient du site archéologique de Clunia, et la Tizona, épée du Cid.

7. PONT DE SAN PABLO

Pendant des siècles, le pont de San Pablo a lié la ville historique avec l‘expansion au sud de l’Arlanzón, où ils ont érigé des nombreux édifices religieux. Au milieu du XXe siècle, le pont est devenu en une « via cidiana », avec huit statues monumentales des personnages liés avec la figure du Cid, dont statue est située avant le pont.

8. PLACE DU MIO CID

La place du Mio Cid, ancienne place de San Pablo où il termine le pont du même nom et où il se trouvé une des douze portes de la ville. Son aspect actuel est résultat des profondes remodelassions qui a expérimenté depuis la fin de XVIIIe siècle, puisqu’ il a été le point de départ du Paseo del Espolon et où il se sont érigés le palais de la Diputacion et le Théâtre Principal. Il était longtemps le point d’arrête des diligences, il a acquis cette physionomie plus caractéristique en 1955, quad il est mis la statue du Cid qui la préside, œuvre de Juan Cristobal.

9. SAN PEDRO DE CARDEÑA

À dix kilomètres de la ville il se trouve le monastère de San Pedro de Cardeña, où il a été situé pendant plusieurs années le sépulcre du Cid et son épouse Jimena, et où ils ont conservé les sarcophages du XIIe siècle, sculptés par ordre du Alfonso X « El sabio ». Dans l’esplanade devant la façade principale, où il y a une image équestre du Cid, il y a un monolithe avec une inscription qui fasse référence à sa jument Babieca. Elle coïncide avec l’endroit ou traditionnellement on croit il est enterré l’animal.

Pour plus information sur le chemin du Cid: https://www.caminodelcid.org/

 

Visiter le web

Emplacement/Information :

Quoi visiter :

  • LE CID DANS LA CATHÉDRALE


    TOMBE DU CID ET JIMENA : Au-dessous du tour-lanterne, en face de l’autel principal, depuis 1921 il se trouve la tombe du Rodrigo Diaz de Vivar et son épouse Jimena.


    L’épitaphe écrit en latin par Ramon Mendez Pidal dit :




    « Rodrigo Diaz, Campeador mort


    en Valence dans l’année du 1099


    Ils sont tous honorées par ce qui


    En une bonne heure est né


    Jimena, son épouse, fille du Diego,


    Count d’Oviedo


    Née dans lignée royale »


    COFFRE DU CID : Dans le cloître de la Cathédrale, il est conservé un coffre avec ferronnerie, qui représente un des épisodes plus connus du Cantar del Mio Cid, le trompé aux juifs Raquel et Vidas. Selon la tradition, le coffre en théorie était rempli avec monnaies, mais il était rempli avec sable. Avec ces monnaies garantissaient le Cid d’argent pour soutenir l’ost.