L’Espolón, la ville et le fleuve

L’Espolón, la ville et le fleuve

L’Espolón, la ville et le fleuve

L’Espolón, la ville et le fleuve

Galerie d' images

À l’ombre de la colline du château, sur les rives du fleuve Arlanzón, se trouve la ville basse de Burgos. Les différents quartiers et rues où alternent les senteurs du moyen-âge, de la renaissance et de la bourgeoisie sont vertébrés autour de la place principale et de la promenade de l’Espolón. Ce coin urbain de la ville, entre les ponts de San Pablo et de Santa María, est l’une des promenades les plus connues et les plus belles d’Espagne.

1. L’ARC DE SANTA MARÍA

L’arc de Santa María marque le début du parcours. Construit vers 1540 par Juan de Vallejo et Francisco de Cologne, il a voulu être un hommage de la ville à l’empereur Charles V. A l’intérieur, vous pourrez visiter la salle mudéjar de la Poridad et une belle fresque de Vela Zanetti.

Avec une révérence aux héros castillans qui président sa façade, nous pouvons reculer de quelques mètres sur le pont rénové de Santa María et nous pencher sur les eaux cristallines de l’Arlanzón. La richesse végétale et la faune variée qui vit sur ses rives est surprenante: des canards bleus, des hérons, des truites et quelques loutres font du fleuve un véritable paradis écologique.

2. PROMENADE DE L’ESPOLÓN

La meilleure façon de se sentir burgalés est de se promener dans El Espolón, un jardin architectural du XVIIIe siècle d’origine française avec des touches romantiques. Il faut savoir s’attarder entre les rangées de platanes entrelacés qui ombragent son allée principale et voir et se laisser voir comme cela a été fait de façon continue au cours de ses 200 ans d’histoire.

Parmi les belles maisons modernistes et en passant par le bâtiment classique du Consulat de la Mer, nous atteignons les Quatre Rois. Quatre sculptures en pierre offertes par Carlos III représentant des personnages liés à Burgos, sont situées au centre de la promenade.

3. PLAZA MAYOR

Juste en face, à travers des élégantes arches nous pouvons accéder à la place principale où  se dresse la mairie néoclassique de la fin du XVIIIe siècle. Son espace irrégulier, large et à portiques, présidé par une statue en bronze du roi Carlos III, reste le centre névralgique de la ville. Sur le chemin de la place Santo Domingo, vous pouvez contempler les rues longues et étroites de l’amiral Bonifaz et de La Moneda. Les deux sont pleines d’élégantes maisons construites au XIXe siècle, ornées des galeries vitrées caractéristiques de Burgos.

4. MAISON DU CORDÓN

Sur la rue de Santander en passant sous les Soportales de Antón, nous arrivons à la Plaza de la Libertad, où se trouve la Casa del Cordón. Ce véritable joyau de l’architecture civile de Burgos fut le palais des puissants Condestables de Castille et fut conçu à la fin du XVe siècle par Simón de Colonia.

5. PLACE DU CID

L’itinéraire continue à la rencontre de la place voisine du Mio Cid, une autre des entrées du Paseo del Espolón et où se dressent le palais de la Diputación et le Teatro Principal. Au centre de la place se trouve la statue équestre du Cid Campeador, réalisée en bronze par Juan Cristóbal et devenue l’image emblématique la plus connue du célèbre héros local.

De là, et après avoir traversé le monumental et aussi cidien pont Saint-Paul, on accède aux environs immédiats du Complexe de l’évolution humaine.

 

Emplacement/Information :

Quoi visiter :

  • CONSULAT DES MARCHANDS


    À partir du XIIIe siècle et jusqu’au XVIe siècle, les marchands de Burgos détenaient le monopole du commerce de la laine de Castille avec la Flandre, la France, l’Angleterre et l’Allemagne. Ces transactions internationales intenses, qui ont enrichi de nombreuses familles et transformé Burgos en un grand emporium, ont été contrôlées depuis le Consulado del Mar.


    MAISON DU CORDON


    Ce palais respire l’histoire par ses quatre côtés. Dans ses somptueux salons, les Rois Catholiques ont reçu Christophe Colomb au retour de leur deuxième voyage en Amérique; Felipe el Hermoso y mourut, rendant sa femme, la reine Juana I, folle. Et surtout, en 1512, il il a accueilli la rédaction des Lois de Burgos: la première tentative d’octroyer certains droits et de gouverner avec plus de justice les Indiens, peuples indigènes du nouveau monde.


    Actuellement, la Casa del Cordón dispose d’un grand espace d’exposition et propose diverses activités culturelles.